Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Les maux du Barca: A la recherche d’une identité perdue (4/6)

Lorsque Guardiola prit les directives du FC Barcelone en 2008, il redonna ses lettres de noblesses au club espagnol. En effet, Pep en tant que digne héritier du football total prôné par Cruyff, jouera durant ces années le football le plus épatant du troisième millénaire. Grâce à un milieu à trois, et en anoblissant le jeu de possession, l’identité historique des Azulgranas. Cependant, depuis le départ de l’entraineur catalan les successeurs pâtissent pour retrouver ce football alléchant. Tito Vilanova, Tata Martino ou bien Luis Enrique, aucun n’a su véritablement retrouver ce jeu tant espéré. Toutefois, l’arrivée d’Ernesto Valverde marqua la fin d’une ère dans la longue histoire du club. Sous les ordres de l’ancien coach de Villareal, le club se métamorphosa drastiquement dans un football plus pragmatique au détriment des socios, attachés à un football anachronique. Néanmoins, lors de son départ et la prise de pouvoir de Quique Setién, les supporters blaugranas se sont remis à rêver.

QUIQUE SETIÉN, CRUYFFISTA DANS L’ÂME

Le physicien et directeur de l’académie des sciences de New York, le défunt Heinz Pagels disait: « C’est de l’identité qu’est née la différence. » Cette phrase représente parfaitement le club de Barcelone. En effet, entre ennemi politique du régime de Franco et symbole de l’indépendance de la Catalogne, le Fc Barcelone a un style très particulier. Mais c’est surtout sur le terrain que ce style se caractérise le plus. L’entité catalane a connu de grands coaches qui leur a aidé à établir ce style si fin. Que ce soit Rinus Michels, Johan Cruyff ou encore Pep Guardiola tous ont contribué à cette manière de voir le football si spéciale. Ce football est un jeu portée vers l’avant et où le jeu de position et de possession priment. C’est en ce sens que les années Valverde a complétement bousculé ce style. Le Barca était devenu une grande équipe banale avec aucune identité particulière. Toutefois, avec l’arrivée de Setién le Barca a essayé de retrouver son style. Malgré pléthore de blessures, l’ancien coach du Bétis a remis l’église au centre du village. En effet, bien que le jeu sous l’époque Guardiola sera une éternelle utopie, le jeu du Barca de Quique ressemble un peu plus à ce que devrait être le club espagnol, une équipe cruyffista. D’ailleurs, l’actuel entraineur noue une profonde admiration envers son regretté prédécesseur: » Lorsque vous voyez Cruyff et cette équipe de Barcelone et que vous êtes sur le terrain et que vous les voyez commencer à jouer et à toucher le ballon, c’est vraiment quand vous dites: «Wow, qu’est-ce que j’ai fait tout ce temps ? «  Bien que peu célèbre et détenant peu de trophée, l’arrivée de Setién fut controversée et critiquée comme son idole à l’époque, l’histoire pourrait-elle se répéter ? Seul l’avenir pourra nous le dire.

UN EFFECTIF A LA HAUTEUR ?

Aujourd’hui, l’effectif est diamétralement différent de celui du début de la décennie. En effet, les Victor Valdès, Carles Puyol, Xavi, Andrès Iniesta ont laissé place aux Ivan Rakitic, Ter Stegen, Clément Lenglet ou encore Frenkie de Jong. En effet, l’époque du grand barcelone est d’un autre temps. Néanmoins, est-ce que les joueurs actuels ont la carrure et le niveau nécessaire pour être des successeurs légitimes ? Si au poste de gardien de but, Marc André Ter Stegen s’impose comme l’un des meilleurs portier du monde, la défense présente plus de problèmes. En effet, les latéraux sont irréguliers ce qui empêche de créer un véritable projet de jeu autour d’eux. Ensuite au milieu de terrain, le vétéran Sergio Busquets tient encore la corde mais pour combien de temps encore? Frenkie de Jong et Arthur sont eux dans une période d’apprentissage et réserve plein de promesses pour la suite. Quand à Rakitic et Vidal les deux ne sont pas des profils de l’ADN du club. Ce qui empêche des jeunes joueurs tels que Puig ou Alena d’amasser du temps de jeu. Pour finir en attaque, le manque d’ailiers et les problèmes physiques des Suarez, Ousmane Dembélé posent également des contraintes. En somme, on voit que Quique Setién aura du mal à insuffler un projet de jeu à la hauteur avec l’effectif actuel. D’autant plus que la crise économique qui s’annonce limitera considérablement les actions du FC Barcelone sur le marché des transferts. L’occasion de se tourner vers un nid à talent, La Masia.

MAHALATCHIMY Théo

Publicité

Publié par Théo Mahalatchimy

Twitter: @Theo_Le_Dozo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :