Didier Deschamps ou le problème de l’enthousiasme

Le football est un art. Ce sport qui fait rêver des millions de personnes à travers le monde suscite bien des émotions. Or, la présence de Didier Deschamps à la tête de l’Equipe de France, ou du moins la version qu’il nous propose, ne procure absolument plus ou pas de plaisir. En poste depuis 2012, le sélectionneur dresse un bilan plus que positif sur le plan comptable, avec une Coupe du Monde ajoutée au palmarès en plus du beau parcours à l’Euro 2016 et à la Coupe du Monde 2014. Pourtant, malgré un effectif d’une grande profondeur et d’une grande qualité, les Bleus rendent très souvent de bien pâles copies sur le terrain. Analyse d’une équipe qui peine à faire rêver.

Preview: Suède vs France – pronostics, actualités de l'équipe, composition  | FR24 News France
Source : FR24 News English

L’ABSENCE DE JEU FACE A LA SUEDE

A la mi-temps de Suède – France, le 5 septembre dernier, Didier Deschamps se disait satisfait des 45 premières minutes de son équipe, à l’effarement général de tous les amoureux du football. Il faut dire que l’on avait assisté à une purge monumentale, sauvée par le but empli de réussite de Kylian Mbappé. Alors que ce dernier réclamait « du temps », la performance générale avait de quoi désespérer. Certes, il s’agissait là du premier match de l’Equipe de France depuis près de dix mois, mais comment une prestation aussi insipide, la dernière en date d’une longue série a-t-elle pu avoir lieu, tant Didier Deschamps dispose de joueurs de talent ?

Un match ennuyeux de bout en bout, durant lequel l’habituel dépositaire du jeu de l’équipe, Antoine Griezmann, n’est pas paru à son aise face au bloc suédois. Dans la lancée de sa première saison ratée en Catalogne, le natif de Mâcon n’a pas créé de réelles différences, pas vraiment aidé par un Olivier Giroud très statique et effacé par un Kylian Mbappé qui est apparu plutôt en jambes. Symbole de sa confiance actuelle, l’ancien attaquant de l’Atletico a raté son troisième pénalty d’affilée en Equipe de France. Ce trio d’attaque, si valorisé par Deschamps, a affiché de claires limites. Le match a toutefois été rendu moins mauvais par les performances au milieu de terrain d’Adrien Rabiot, élu homme du match par certains médias, et Ngolo Kanté, grâce à ses 13 ballons récupérés. Derrière, les 3 centraux ont passé une soirée plutôt tranquille, bien aidés par l’apathie de l’attaque suédoise.

UN PROBLEME RECURRENT

https://cdn-media.rtl.fr/cache/jcQeDcZ_bSonhum2tayjww/880v587-0/online/image/2019/1114/7799461426_antoine-griezmann-et-olivier-giroud-a-saint-denis-le-14-octobre-2019.jpg
Source : RTL

Ce n’est pas la première fois que les Bleus déçoivent dans le jeu sous la houlette du technicien bayonnais. Si le match en Albanie, dans un système à 3 défenseurs avait pu être en quelque sorte prometteur, les parties disputées face à la Moldavie, l’Islande ou encore Andorre avaient laissé la place à un triste spectacle, les français ne s’imposant que difficilement, et sans la manière, face à des adversaires très faibles dans la course à l’Euro 2020. Il serait par ailleurs regrettable d’oublier la Turquie, [nation contre laquelle la France a terriblement souffert, ne prenant qu’un point en deux matchs] pour appuyer ce propos.

Ce manque cruel d’épanouissement à la vue de l’équipe dirigée par Didier Deschamps ne date cependant pas d’hier. Très pragmatique, sans réel projet de jeu ni volonté de changer en profondeur la manière de jouer, le sélectionneur n’a jamais caché qu’il misait avant tout sur la « cohésion de groupe ». Celui qui n’a pas hésité à placer Matuidi ou Tolisso sur le côté gauche de l’attaque durant la Coupe du Monde 2018 (et même après) pour apporter davantage de garanties défensives ne semble pas décidé à changer sa manière de fonctionner. Une mentalité « tout pour la gagne » ou « pourquoi changer ce qui marche ? » qui n’est pas très enthousiasmante et qui commence à peser depuis maintenant plus de 8 ans. Les rares occasions pendant lesquelles les Bleus ont fait illusion auront vite été réfrénées ; la magnifique première mi-temps des Bleus face à la Colombie en mars 2018 n’a fait que renforcer la frilosité de Deschamps. Menée 2-0, la sélection sud-américaine avait renversé la vapeur en remportant la partie 3-2 face à une Equipe de France qui s’était un peu plus découverte que d’habitude. L’ancien coach marseillais n’a alors eu en tête que de sécuriser davantage la partie défensive de son équipe, calmant les ardeurs de ses joueurs offensifs. La victoire 4-3 face à l’Argentine en huitième de finale de la Coupe du Monde était également un beau trompe-l’œil, elle qui avait suivi le pitoyable match face au Danemark et les victoires poussives contre le Pérou et l’Australie.

UNE GESTION PARTICULIERE

Bleus : Didier Deschamps met la pression sur Adrien Rabiot
Source : Sport365

En plus de cette absence de jeu, le sélectionneur tricolore a souvent eu des choix étranges, d’après lui toujours favorables au groupe. En effet, Karim Benzema, écarté depuis 2015, a dû se faire à l’idée qu’il ne porterait plus le maillot bleu, et ce pour des problèmes purement extra sportifs bien connus. Adrien Rabiot, qui n’a jamais semblé montrer de réel signe de fierté à l’idée de revêtir la tunique française, évoquant d’abord la « peur de se blesser » lors d’un match en Bulgarie, ou refusant carrément de faire partie de la liste des réservistes pour la Coupe du Monde 2018, vient quant à lui d’être rappelé. Alexandre Lacazette, qui reste sur un doublé mémorable face à l’Allemagne pour son dernier match en bleu en novembre 2017, n’a lui jamais été rappelé depuis !

S’ajoute à cela la notion d’expérience si chère à Didier Deschamps, souvent préférée au talent et aux performances en club, (en témoigne l’immunité accordée à Olivier Giroud) même si la récente sélection d’Eduardo Camavinga, 17 ans, est un contre-exemple parfait.

En définitive, la réussite obtenue par Didier Deschamps à la tête des Bleus semble s’essouffler depuis la dernière Coupe du Monde. Des choix contestés et contestables couplés à un projet de jeu toujours aussi inexistant et un ras-le-bol persistant à la vue des performances de l’équipe sont apparus. Autant de facteurs qui font que l’Euro 2021, qui approche à grands pas, a de quoi nous faire frissonner lorsque l’on voit la France dans un groupe avec une Allemagne en reconstruction et un Portugal en pleine bourre. Les grands amateurs du ballon rond aimeraient ainsi voir un certain renouveau, la manière de jouer depuis plusieurs années maintenant ne laissant rien présager d’exaltant pour l’avenir. Toutefois, il est clair que les résultats engrangés par l’ancien milieu de terrain lui confèrent un certain statut d’indéboulonnable aux yeux de son président et du grand public, lui qui a récemment prolongé son contrat jusque fin 2022. Un changement de sélectionneur dans un futur proche semble donc peu probable…

Un avis sur « Didier Deschamps ou le problème de l’enthousiasme »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :