Coup de fatigue sur l’Europe

Entre cas de covid et blessures à répétitions, ce début de saison est un vrai casse tête pour nos entraineurs européens. Quelles sont les causes, les conséquences sur les clubs ainsi que les solutions pour l’UEFA ? Le problème est né aux alentours de mars 2020 lorsque la pandémie arrive dans toute l’Europe. Une Europe à l’arrêt économiquement, mais aussi sportivement. Ce sont toutes les équipes professionnelles ou amateures, des poussins aux seniors, tous sports confondus qui ont attendu des longs mois avant de reprendre. Mais à quel prix ?

Vous en conviendrez que nous laisserons de coté pour aujourd’hui le sport amateur, qui pourtant lui aussi est en grande souffrance. Presque tous les championnats ont repris aussitôt le confinement passé, puis se sont organisés les « final 8 » des compétitions européennes à Lisbonne du 7 au 23 août. Moins d’un mois après les finales, tout le monde était de retour sur les différentes pelouses pour entamer la nouvelle saison. Le retard pris sur les calendriers en championnat et dans les coupes européennes sont une catastrophe. Qu’elle était belle l’époque de Tuchel se plaignant d’avoir des matchs tous les trois jours quelques fois dans l’année. Depuis la reprise de la Ligue des Champions et de la Ligue Europa, tous les clubs concernés enchaînent les semaines surchargées. En plus de cela, plus d’une semaine de rencontres internationales avec trois matchs par équipes, débute. De quoi affaiblir les joueurs, pour ceux qui ne sont pas déjà à l’infirmerie.

LE PSG, LE MODELE D’UNE SITUATION ALARMANTE

Pour illustrer ces débuts plus que compliqués sur le plan physique, le PSG est le parfait exemple. Finaliste de la Ligue des Champions 2020, le club n’a eu que vingt jours entre la fin de la saison 2019/2020 et le début de la nouvelle. Et aujourd’hui ils le payent cash avec une liste de blessés longue comme le palmarès du Bayern. Une aubaine pour les jeunes comme Ruiz-Atil et Fadiga qui ont pu participer à certaines rencontres. Mais Thomas Tuchel se retrouve en difficulté à chaque match pour proposer un 11 avec le maximum de joueurs à leur poste. Voici la liste complète des joueurs indisponibles ainsi que la date de retour espérée pour chacun :

Juan Bernat (rupture du ligament croisé) : blessé le 16/09 ; retour fin mars.
Presnel Kimpembe (pied) : blessé le 4/11 ; retour le 20/11.
Pablo Sarabia (fatigue musculaire) : blessé le 7/11 ; retour le 20/11.
Mauro Icardi (ligaments internes du genou) : blessé le 7/10 ; retour le 20/11.
Marco Verratti (quadriceps) : blessé le 14/10 , retour le 20/11.
Julian Draxler (ischio-jambiers) : blessé le 24/10 ; retour le 20/11.
Neymar (adducteurs) : blessé le 28/10 ; retour le 20/11.
Kylian Mbappé (ischio-jambiers) : blessé le 31/10 ; retour le 20/11.
Idrissa Gueye : (ischios-jambiers ) : blessé le 7/11 pas de date de retour.
Thilo Kehrer : (adducteurs) : blessé le 7/11 ; pas de date de retour.
Alessandro Florenzi : (fatigue musculaire) : blessé le 7/11 ; retour le 20/11.
Moise Kean : (contusion sur le genou droit) : blessé le 7/11 ; retour le 20/11.

En plus d’une absence de réelle préparation physique d’avant saison, le club doit suivre un rythme qui est source de ces blessures. Thomas Tuchel n’a bien souvent pas le temps de travailler à l’entrainement sa tactique pour le match suivant

( Source : lequipe.fr)

Quand nous regardons le calendrier du club à partir de la reprise de la Ligue des champions il est facile de comprendre que l’accumulation de match est problématique. En 22 jours, les Parisiens ont enchaîné 7 matchs qui ont fatigué les organismes. Léonardo, directeur sportif du club, s’est d’ailleurs plaint de la situation sur RMC sport : « Le calendrier ? P*tain, comment tu fais ! On va essayer de vivre avec, mais c’est incroyable. C’était à la Fifa de dire on arrête avec la Nation’s League… » Car en plus de ces matchs en club, les internationaux viennent de rejoindre leur sélection pour jouer 2-3 matchs qui n’arrangeront pas la situation des joueurs les plus fragiles. Mais avant de revenir sur les solutions à cette situation, faisons un tour des infirmeries d’Europe.

ET C’EST PAS FINI

Comme le montre ce bilan fait par Instant Foot sur Twitter, plus les week-ends passent, plus les blessures sont nombreuses et parfois longues. Par exemple, Ansu Fati très en forme jusque là, vient de se blesser pour 4 mois. Un véritable coup dur pour un FC Barcelone qui a du mal à se trouver offensivement. Et ces cassures touchent tous les clubs, notamment les participants aux coupes européennes. Champion d’Angleterre en titre, Liverpool, n’est pas épargné avec la blessure de plusieurs cadres comme Van Dijk qui sera absent 7 mois. Le Bayern Munich vient de perdre Joshua Kimmich jusqu’au mois de janvier. Des clubs comme le Real Madrid, Manchester City ou encore la Juventus sont eux aussi concernés.

Malheureusement le pire reste à venir, mais la faute à qui ? L’UEFA d’abord. Quoi de mieux que de continuer l’organisation de la Ligue des Nations qui n’intéresse guère et dont personne encore aujourd’hui ne voit l’utilité. Les fédérations ensuite. Quelle meilleure idée que d’organiser des matchs amicaux, sans intérêts avec un niveau presque grotesque. Qui-plus-est en période de pandémie, faire des allers retours dans toute l’Europe s’avère extrêmement risqué pour les joueurs et leurs proches. Mais l’intérêt doit être ailleurs. Autrement dit : l’argent n’est pas extérieure à ces décisions. Une hécatombe de blessures devrait donc venir s’ajouter à la liste des clubs déjà diminués. Il n’y a qu’à voir l’exemple de l’équipe de France. De nombreux joueurs fatigués physiquement ont été convoqués par Deschamps. Mais ce dernier ne pouvait même pas les aligner face à la Finlande ce mercredi 11. Résultat : défaite 2-0. Supporters français, soyez rassurés, Mbappé et les autres devraient faire leur retour en ligue des nations face au Portugal. Supporters Parisiens, soyez inquiet, pas sûr que Kimpembe et son coéquipier en club reviennent en grande forme. Les clubs vont payer des intérêts de l’UEFA et des fédérations, les joueurs sont presque sacrifiés pour enrichir les dirigeants du football. Walid Acherchour s’est d’ailleurs exprimé à ce sujet sur Winamax TV la veille de France-Finlande :

Autre conséquence logique, le niveau de jeu. Sans une partie de leurs joueurs, les coachs ne peuvent pas produire un football rythmé et organisé. Alors certains sont en difficulté comme Paris en Ligue des champions. Mais si l’on essaye de voir le positif, cela donne une chance à certains plus petits clubs qui ne jouent aucune compétition européenne. C’est le cas en Premier League avec le bon début de saison de Southampton actuellement quatrième du championnat. En Serie A le très bon jeu proposé par Sassuolo lui permet de se classer deuxième du Calcio et d’être toujours invaincue. Sur les terres Espagnoles c’est la Real Sociedad qui se hisse en tout en haut notamment grâce aux très bonnes performances de Mikel Oyarzabal. Malheureusement, les équipes moyennes de Bundesliga et de ligue 1 ne permettent pas de dresser le même bilan.

DES SOLUTIONS ?

Après avoir dressé ce bilan provisoire assez sombre, il faut aussi savoir quelles sont les solutions. Plusieurs cas de figure :

-La plus logique, celle qui impacterait le moins joueurs et supporters serait de suspendre cette année les rencontres internationales. Ainsi le calendrier pourrait être allégé en avançant certains matchs de championnat pour remplacer la trêve. Ou bien pourrait-on garder ce moment de trou pour laisser les clubs se reposer et retravailler la tactique, chose qu’ils n’ont pas pu tous faire cet été. Mais cela impliquerait l’annulation de la Ligue des Nations -qui ne plait qu’aux dirigeants- et surtout des qualifications de l’Euro 2020 dont l’édition a déjà été décalée à 2021.

-Celle qui embêterait le moins les dirigeants du football européen viserait à simplement annuler les amicaux internationaux. En effet, la Ligue des Nations doit bien avoir un intérêt économique majeur pour qu’elle soit maintenue en cette période si spéciale. Mais il aurait un impact négatif pour les sélectionneurs. Ces derniers ne pourraient pas tester de nouvelles organisations tactiques avant les matchs officiels.

-Enfin, l’UEFA pourrait décider de suspendre les compétitions européennes pour les clubs. Ce sont ces deux coupes qui remplissent chaque milieu de semaine les calendriers des équipes concernées. D’un côté cela pourrait alléger le rythme et éviter un brassage des joueurs dans différents pays en cette période de pandémie. Mais d’un autre ces compétitions rapportent énormément économiquement et elles permettent de faire vivre tout le monde du foot.

Plongé dans une situation très compliquée sur le plan de la santé, le football européen est appelé à se révolutionner. Si l’on veut éviter de « tuer les joueurs » comme le dit Thomas Tuchel, des décisions doivent être prises. Quid de l’argent que génère ce sport et qui le régit ? Là est sans doute le sujet qui intéresse le plus les différentes instances du football.

Un avis sur « Coup de fatigue sur l’Europe »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :