Le Brésil en Coupe du monde : 2002, une dernière pour la route (5/5)

Lorsque l’on parle du football et son histoire, l’évocation du Brésil et de la Coupe du monde sont deux choses qui reviennent de façon irrémédiable. Le pays le plus mythique de ce sport et le deuxième événement sportif le plus regardé au monde sont aussi étroitement liés. Une histoire non linéaire, parsemée d’aventures toutes aussi belles et différentes les unes des autres. Une nation symbole de l’essence même du football et de ce qu’il a de plus merveilleux à offrir. L’occasion de montrer au monde un spectacle magnifique avec à la clé les plus belles récompenses, la joie du public et le plus beau des trophées. De Leônidas à Neymar, de la Coupe du monde 1930 à la Coupe du monde 2018 en passant par Pelé, Garrincha, Zico, Rivaldo, Ronaldo et les Coupes du monde 1962 et 1970, retour sur les succès, échecs, moments de magie et événements mythiques du pays le plus titré de la plus belle des compétitions internationales. Dernier épisode, de l’ultime succès de 2002 à nos jours.

2002 : ATTAQUE DE FOLIE

Sélections légendaires : Brésil 2002 - Garra Football
Source : Garra Football

Malgré des difficultés rencontrées en éliminatoires et un Ronaldo atteint par les blessures dans les mois qui ont précédé la Coupe du monde 2002, le Brésil a réalisé l’un de ses plus beaux parcours en Corée du Sud/Japon. Comme en 1994, peu de supporters donnaient de véritables chances à leur équipe, voyant des nations comme la France, l’Argentine ou l’Allemagne mieux placées. Et pourtant, dans une compétition riche en surprises où la Corée du Sud et la Turquie ont accédé aux demies et où la France, le Portugal et l’Argentine sont sortis en poule, le Brésil réalise un sans-faute. Portée par son trio d’attaque, la Seleçao réalise un 7/7 avec 18 buts inscrits, en écartant tour à tour la Turquie, la Chine et le Costa Rica en poules, la Belgique en huitièmes, l’Angleterre en quarts (avec un coup franc sensationnel de Ronaldinho), à nouveau la Turquie en demies et l’Allemagne en finale. Lors de cette finale, le Brésil ne survole pas les débats mais confirme son statut de favori acquis grâce à son parcours. Le doublé de Ronaldo porte son total de buts à 8, un total plus atteint depuis les 10 buts de Gerd Müller en 1970. Cette performance incroyable ne doit rien enlever à celle du grand Rivaldo, 3 fois élu homme du match – un record – et auteur de 5 buts dans la compétition. En bons précurseurs du football actuel, le niveau de Cafu et Roberto Carlos a montré l’importance de détenir d’excellents latéraux. Le Brésil commence à merveille le XXIème siècle.

2006 – 2018 : 4 PARCOURS, 4 ÉCHECS

En 2006, Rivaldo n’est plus là et c’est Kaka qui le remplace dans le trio offensif brésilien. Si l’équipe a conservé beaucoup de ses joueurs par rapport au triomphe de 2002, elle déçoit et ne fait pas grande impression. Le faible niveau affiché par ses adversaires en phase de poules et en huitièmes n’offrent pas une opposition démesurée au Brésil. En quart de finale, face à la France de Zidane, la Seleçao s’incline 1-0 après un match bien terne. Dans un match où Zidane aura brillé, merveilleusement secondé par Makélélé et Vieira, le Brésil se heurte à une équipe de France à tendance défensive, mais ne se montre ni très créatif ni très inspiré. Fabien Barthez n’est que très peu inquiété pendant le match face à des Auriverdes qui n’auront une (faible) réaction sans incidence que tard dans le match. A l’issue du tournoi, Ronaldo porte tout de même son total de réalisations en Coupe du monde à 15, faisant de lui le meilleur buteur de l’histoire de la compétition. Le Brésil n’arrive plus à enchaîner.

Coupe du Monde de la FIFA 2006™ - Infos - 1er juillet 2006 : Le Brésilien  Zidane domine la Seleção - FIFA.com
Source : FIFA.com

C’est avec un effectif changé (et moins qualitatif) que le Brésil se présente en Afrique du Sud pour y disputer une compétition très peu marquante. Maicon, qui sort d’une victoire en Ligue des Champions avec l’Inter signe un but dans un angle impossible lors du premier match face à la Corée du Nord. Un petit éclair de génie dans une édition dont on ne se souviendra pas en détail pour le Brésil. Le Brésil reste tout de même un favori en vertu de son statut et des joueurs de talent qui peuplent son effectif. Il se défait ainsi facilement du Chili 3-0 en huitièmes de finale. En quarts, face au Pays-Bas, la Seleçao domine d’abord les débats et ouvre le score à la 10 ème minute par Robinho. Mais tout change ensuite à l’issue d’une deuxième mi-temps où les bataves sont revenus avec de bien meilleures intentions. Felipe Melo, passeur pour Robinho sur le but, est indiscutablement le joueur important du match puisqu’il va ensuite marquer contre son camp et se faire exclure, précipitant la chute de son équipe. Le Brésil s’arrête encore en quarts, en attendant la Coupe du monde à la maison…

Cette Coupe du monde à la maison, tout le monde en connait l’issue. Une débâcle face au futur champion du monde allemand, l’une des plus grandes humiliations de l’histoire du football. Une terrible défaite précipitée par la suspension du capitaine Thiago Silva et la blessure en quarts de l’homme providentiel Neymar, brutalement blessé par le colombien Zuniga. Et en plus, Ronaldo a perdu son record au profit d’un allemand. On connait également le parcours du Brésil en Russie, arrêté net (encore en quarts) par une équipe belge entreprenante et portée par de superbes joueurs.

Coupe du monde 2014 : revivez la débâcle du Brésil face à l'Allemagne - Le  Point
Source : Le Point

L’histoire récente du Brésil n’est que très peu représentative de la grandeur du pays. Une nation qui a vu passer des dizaines de générations de joueurs tous aussi incroyables les uns que les autres, a offert des matches et des parcours d’anthologie dans la plus belle des compétitions internationales. Le seul pays à avoir participé à toutes les éditions du mondial et le plus titré de l’épreuve a offert des souvenirs inoubliables à des millions de fans sur plusieurs générations. Si le Brésil moderne ne semble pas aussi reluisant que celui qui a été conté notamment dans les 3 premiers épisodes, il le doit aussi au football actuel. Un délaissement du pur plaisir de jouer et de se retrouver entre les tous meilleurs devenu la conquête à qui gagnera le plus d’argent. L’élargissement ultra-rapide du nombre de participants en est la preuve, quand on sait que le nombre de pays sera bientôt de 48, le double de ce qui était proposé il y a encore une vingtaine d’années. La substition du spectacle au profit du nombre de rencontres et donc d’argent généré nuit autant au Brésil qu’à toutes les autres nations. Mais si l’histoire est en pérpetuelle évolution, elle ne nous fera pas oublier Leônidas, Garrincha, Zagallo, Santana, Ronaldo et tous les autres… Merci d’avoir suivi ces 5 épisodes du Brésil en Coupe du monde !

Sources : L’histoire illustrée de la Coupe du monde de football, FIFA.com, Wikipédia Photo mise en avant : Le Point

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :