Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Neymar, l’heure de vérité

Demain soir, un peu plus de sept mois après leur dernière rencontre à Lisbonne en finale de Ligue des Champions, Neymar et le Paris Saint-Germain retrouveront le Bayern Munich pour la première manche d’une double confrontation tant attendue. Pour son septième match à élimination directe avec le PSG en C1, le numéro 10 brésilien sera sous le feu des projecteurs européens. L’année ou jamais pour briller sous les couleurs parisiennes ?


Une saison difficile

C’est un cliché qui lui colle à la peau depuis son arrivée à Paris : Neymar rate systématiquement les grandes échéances européennes lorsque le printemps arrive. Encore une fois cette saison, le brésilien a manqué, peut-être, l’un des matches de sa vie contre Barcelone en huitième de finale. Car au moment du tirage au sort pour la suite de la Ligue des Champions en décembre dernier, personne n’aurait envisagé rater le retour de Neymar au Camp Nou, sous le maillot Hechter. C’était le moment idéal pour lui d’effacer définitivement ses précédentes absences printanières par une grande performance, dans une double confrontation avec une symbolique énorme. Malheureusement, le traumatisme de ses précédentes blessures à la cheville n’a pas été effacé. Cette fois-ci touché à l’adducteur, Neymar a été contraint de déléguer une partie de ses responsabilités à Kylian Mbappé.


Au-delà de la Ligue des Champions, il faut dire que le Brésilien vit une saison globalement difficile. Pas spécialement au niveau des performances, puisqu’il continue de soigner ses statistiques (0,95 npxG + xA/90 minutes en Ligue 1, 6 buts en Ligue des Champions. Mais au niveau physique et disciplinaire. Il n’a jamais réussi à trouver un rythme de croisière en traînant des pépins musculaires, depuis septembre 2019. En effet, quand on regarde plus précisément, l’ancien barcelonais a raté 20 matches au total cette saison, alternant coronavirus, problème à la cheville ou aux adducteurs. Vingts matches, cela représente plus de 45% du total des rencontres jouées par le PSG depuis septembre 2020. En Ligue 1 par exemple, il n’a pu démarrer que 10 rencontres sur les 31 journées. En parallèle, le Brésilien a écopé de deux cartons rouges en Ligue 1. Un en début de saison lors d’un Classique électrique lui coûtant deux matches de suspension. L’autre samedi dernier en récoltant deux cartons jaunes qui devraient l’éloigner des terrains pour à peu près trois rencontres. Finalement, on peut difficilement porter un jugement sur les mois passés, du fait de ce rythme en dents de scie. En revanche, il est certain que ces absences à répétition commencent à peser dans les têtes de tout le monde.

Le tournant bavarois

Si Neymar a porté le club de la capitale dans le parcours exceptionnel d’août dernier, il va retrouver la saveur d’une vraie double confrontation, un an après sa première sous la tunique parisienne face à Dortmund. Deux rencontres où le Brésilien aura l’occasion de frapper un grand coup dans les esprits. Plus qu’une simple occasion de briller, le numéro 10 est attendu au tournant. Hadrien Grenier, journaliste attaché au PSG, nous éclaire un peu plus sur les enjeux de cette double confrontation : « Il [Neymar] aura forcément une immense responsabilité. Surtout en l’absence de Verratti, c’est lui qui va devoir prendre tout le jeu et sa création à son compte pendant le match. Face à une telle équipe, malgré les absents, il faut évidemment un grand Neymar. ».

Ce premier acte à 21 heures est tout d’abord un moment charnière dans sa carrière parisienne : « Paris l’a recruté pour ce genre de rendez-vous, c’est à lui de répondre présent. ». Absent lors du match retour contre Madrid en 2018 ou encore lors du huitième contre Manchester United en 2019, ce soir à l’Allianz Arena, il sera le premier nom coché par Pochettino : « Cette rencontre est un tournant puisque c’est la première fois qu’il sera présent dans un 1/4 de finale format aller-retour. On l’oublie mais ça compte. Évidemment le Final 8 entre en ligne de compte dans son histoire à Paris, mais le format était différent. Là c’est le format « classique », donc c’est une première à ce stade de la compétition. » Effectivement, les supporteurs parisiens n’ont pas encore eu la chance de profiter pleinement d’un Neymar version Ligue des Champions classique. Ce Neymar buteur contre l’Atletico en 2014, cinq fois contre le PSG entre 2015 et 2017 et même 3 fois contre le Bayern en 2015 ! En bref, un Neymar décisif, capable de hausser son niveau de jeu quand le rendez-vous le demande : « Un grand Neymar ce serait déjà une grosse chance de passer. » .

Source : IF2iS

Cette double rencontre charnière, c’est donc l’attente des supporteurs, depuis bientôt quatre ans, de voir leur star brésilienne rayonner lorsque toute la planète foot a les yeux braqués sur le PSG : « Forcément si demain soir Neymar réalise une grande performance ça jouera sur l’image qu’en ont les fans. C’est précisément pour ce genre de soirées qu’il a été recruté et c’est là où on veut le voir briller. C’est l’occasion pour lui de se racheter du match contre Lille. Mais un match ne suffira pas on l’attendra sur le retour et sur la suite si Paris se qualifie ». Presque une « urgence » après quatre longues années selon Hadrien. En définitive, le Bayern est le moment rêvé pour Neymar de tutoyer à nouveau les très hauts sommets du football européen.

Quelle place dans le 11 ?

Avec l’absence de Marco Verratti dans le groupe, les choses se compliquent. Sans le milieu à tout faire italien, les clés de l’animation parisienne, comme l’a précisé Hadrien, seront dans les pieds de Neymar uniquement. Alors comment le mettre dans les meilleures dispositions pour qu’il réussisse à resplendir et surtout à faire briller son équipe ? On l’a vu contre le LOSC samedi dernier (0-1), le Brésilien a été sevré de ballons exploitables dans le dernier tiers du terrain. La faute avant tout à une excellente organisation lilloise qui a réussi à fermer l’axe puis enfermer Neymar entre plusieurs joueurs, dont Benjamin André, ne lâchant pas une seconde le meneur parisien. Face au Bayern, Neymar sera aussi bien attendu. Avec Joshua Kimmich, Leon Goretzka et Thomas Müller dans l’entrejeu, les Bavarois sont des machines de pressing. 286 actions de pressing en Bundesliga pour Goretzka, 302 pour Kimmich et surtout 508 pour Thomas Müller. Pour comparaison, Benjamin André en Ligue 1 tourne autour de 580 actions de pressing depuis le début de saison.


Afin de se sortir de cet entonnoir, il reste quelques solutions. La première serait de le faire reculer d’un demi-cran. Contre Lille, le Brésilien a tourné autour de la surface et butait rapidement sur deux voire trois joueurs.

Heatmap de Neymar lors du match contre le LOSC. Un point rouge bien trop proche de la surface lilloise (SofaScore).

Partir de plus loin pour avoir plus de temps pour percuter ou trouver des lignes de passe serait peut-être plus bénéfique. Pochettino peut également renforcer la présence autour de son meneur. Sans Verratti, avec Paredes trop loin du jeu et Gueye limité techniquement, Neymar a rapidement été coupé de milieu samedi dernier. À Munich, Rafinha peut avoir une carte à jouer. Très peu utilisé cette saison (1 titularisation en Ligue 1), sa présence peut favoriser la création d’un triangle entre Mbappé, Neymar et lui, facilitant les combinaisons de manière à désamorcer le pressing bavarois. Au final, l’idée est de brancher Neymar le plus possible à ses coéquipiers afin de lui offrir des possibilités dans le jeu, et d’éviter qu’il ne sombre dans un individualisme à outrance, loin d’être la meilleure option pour le PSG.

Au-delà du cadre purement parisien, ce quart de finale contre le sextuple champion d’Europe peut conditionner définitivement la vision que certains portent sur Neymar. Véritable grand joueur ou simple intermittent du spectacle ? À 29 ans et 222M d’euros pesant sur sa tête, certains attendent des accomplissements, des réponses concrètes, des moments marquants dans les grands rendez-vous. Au même âge, Cristiano Ronaldo soulevait sa deuxième Ligue des Champions, enclenchant ainsi trois nouvelles coupes aux grandes oreilles et trois Ballon d’Or quatre ans après. Aujourd’hui, les blessures du brésilien à répétition et ses absences pour x raison sont arrivées à un point de rupture. À Neymar et à sa magie de mettre tout le monde d’accord.

Merci à Hadrien Grenier pour sa disponibilité et son expertise.

Publicité

Publié par Thibaud CONVERT

Gaucher de métier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :