J’vous fais le maillot : Aston Villa 2002/03

Derrière « j’vous fais le maillot » on va parler de foot mais surtout de la chose la plus chère, la plus futile mais aussi la plus belle dont un footeux puisse parler. C’est la chose qu’on attend, qu’on scrute à chaque début de saison : « Moi je n’aurais pas fait pareil », « Il y a vraiment des gens qui vont l’acheter celui-ci ? » ou « Ça respecte pas les couleurs du club »… Ici on parlera de camiseta, de kit, de trikot, de maillot !

JVFLM, c’est le regard subjectif d’un passionné qui en a marre d’écrire tout seul… Ici, pas d’actu, pas de résultat que tu ne connaisses pas déjà. On prendra notre temps. On parlera d’équipementier, de template, de sponsor, de logo, de patch, de maillot third. On sera pointilleux. Ça ne sera pas le cercle des poètes disparus mais le cercle des maillots oubliés. Des beaux maillot oubliés ou des moches. La beauté semble être de l’ordre du subjectif mais nous verrons cela plus tard. Ce qu’on verra surtout, c’est ce qu’on peut apprendre à partir d’un bout de tissu !

LE CLUB

Aston Villa ou plutôt l’Aston Villa FC est un club anglais qui comme son nom l’indique est basé à Birmingham. Il a été fondé le 21 novembre 1874. Le nom Aston est le nom d’une ancienne paroisse de Birmingham qui accueillait les habitants originaires d’Ecosse tout comme le club qui en est devenu le symbole en atteste la présence du lion sur le blason que l’on retrouve aussi sur le blason des Glasgow Rangers. Ils évoluent à Villa Park, stade de 40 000 places, construit en 1897 dans le fameux quartier d’Aston donnant son nom au club. On les surnomme selon l’humeur les Villans, The Villa, les Lions ou les « Claret and Blue« .

Membre fondateur de la Football League en 1888, c’est un club au passé glorieux auréolé de sept championnats d’Angleterre (je précise que six ont été gagnés avant la guerre), sept coupes nationales, et cinq coupes de la ligue. Au niveau européen, les Villans sont montés sur le toit de l’Europe, à la surprise générale, en 1982 en reportant la coupe d’Europe des clubs champions. Tout ceci en fait tout de même le cinquième club anglais en termes de palmarès. Niveau rivalité locale, on retrouve les voisins directs que sont Birmingham City et West Bromwich Albion qui eux aussi, comme leur nom l’indique, sont basés à Birmingham.

Aston Villa évolue traditionnellement à domicile avec un haut rouge bordeaux à manches bleu ciel, un bas blanc au liseré bleu et enfin des chaussettes bleu ciel à bandes bordeaux. Au départ, les Villans évoluaient en tenue noire avec un grand lion doré sur le torse puis évoluent en « chocolat » mais l’histoire avec un grand H raconte qu’une commande ratée leur fit acquérir des maillots non pas noirs ni choco’ mais bordeaux à liseré bleu ciel c’est à dire le fameux « claret & blue« .

Une autre anecdote nous indique que le claret reprend les couleurs du Heart of Midlothian, et le bleu, celui des Rangers faisant directement le pont avec les origines écossaises du club. Même si plusieurs théories existent sur l’origine de ces couleurs, ce qui est sûr c’est qu’il s’agit du premier club à les porter, n’est-ce pas Burnley, West Ham ou Scunthorpe ?

Petite anecdote finale, le mot claret vient de la dénomination du vin de Bordeaux en Angleterre tirant son nom d’un village du sud-ouest, nous devrions donc le prononcer « clarette » avec l’accent du sud plutôt que claret à l’anglaise. A l’extérieur, les couleurs passent au blanc en majeur avec un bas bordeaux ou bleu ciel. Selon les saisons, le maillot away passe du jaune au noir en passant par le claret et parfois le blanc.

LE MAILLOT

source : birminghammail.co.uk

Ce maillot reprend la composition traditionnelle d’une tenue villans c’est-à-dire maillot bordeaux avec les manches bleu ciel. Il dispose d’un superbe col V bordeaux entrecoupé de bandes bleu ciel, design que l’on retrouve également sur les manchettes. Le design est très simple, pourrait être produit aujourd’hui comme quoi le « Less Is More » a toujours existé.

Cette tenue domicile est clairement un hommage à celle portée lors de la victoire en Coupe des Clubs Champions en 1982, le design est similaire, seul l’équipementier change qui était en l’occurrence le Coq Sportif. Sur le plastron, en haut à droite, on retrouve le blason du club, celui qui fut apposé sur les maillots entre 1992 et 2003 avec le traditionnel lion doré sur un fond rayé Claret & Blue et la devise du club « PREPARED »  qui signifie littéralement PRET. En haut à gauche la marque l’équipementier apparaît par sa Typo. On notera que cette saison la « Virgule » Diadora n’était pas utilisée comme logo.

En bas à gauche, on retrouve le petit patch d’authenticité du maillot reprenant le blason du club ainsi que le logo Diadora précédé de sa typo et une phrase en anglais «  Providing sportmen and women worlwide with the BEST performance product ». Le sponsor maillot ROVER apparaît au centre en dessous du traditionnel combo blason/logo équipementier. Le flocage des noms et numéros des joueurs au dos suivait la typo classique en vigueur en Barclays Premier League entre 1997 et 2007, c’est à dire la police Optima blanche avec des liserés noirs. Enfin sur les manches étaient présents les patchs Premier League reprenant le lion tenant un ballon de sa patte. Ce dernier faisait office de logo pour la Barclays Premier League des 2000’s.

L’EQUIPEMENTIER

source : 1000logo.net

Diadora a équipé Aston Villa pendant 4 saisons entre 2000 et 2004 ou elle avait succédé à Reebok et fut remplacée ensuite par Hummel qui accompagna le club pendant encore 3 saisons. Au niveau historique des équipementiers, Aston Villa en a vu passé, outre ceux cités précédemment, on retrouve le Coq Sportif qui a produit un nombre de classique inoubliable pour les club anglais, Umbro, Nike avec pour point d’orgue la saison de la 5eme place avec la génération dorée de Martin O Neill emmenée par Agbonlahor, Ashley Young et Gareth Barry, Macron pour le passage en Championship, Under Armour, et même Luke 1977, marque de prêt à porter britannique qui a tenté l’expérience de l’équipement sportif.

Depuis son retour en PL, Aston Villa est en contrat avec Kappa avec plus ou moins de réussite, quand un sponsor ne gâche pas le maillot c’est le maillot qui se gâche lui-même (checkez le third de 2019/2020). Cette saison est cependant une réussite en terme maillot comme toutes les propositions Kappa d’ailleurs, il suffit de regarder les productions pour l’AS Monaco, le Betis Seville, le Napoli et même l’US Dunkerque qui est parfaitement paré pour son retour en ligue 2.

DIADORA, marque italienne crée en 1948 par Marcella Danielli qui commença par produire des chaussures de randonnée en haute montagne. Le mot Diadora en grec « dia-do rea » signifie « partager les dons et les honneurs »,  faites ce que vous voulez avec infos. Elle utilise comme logo un forme pouvant ressembler à un oiseau, après ça dépend des interprétations. Cette forme est censée représenter le mouvement et le dynamisme dont fait preuve la marque.

Bjorn Borg, Guga Kuerten Ayrton Senna, Jenifer Capriati ou Georges Weah furent les tetes de gondoles de la marque dans les 80’s et les 90’s.  Elle a tout d’abord connu la notoriété en produisant  la mythique Brazil portée par Roberto Baggio et a équipé la squaddra azzura durant les années 80. Elle a cependant fait faillite en 2008 et fut rachetée par GEOX la chaussure qui respire et s’est depuis spécialisée dans le running, les sneakers comme dirait les jeunes, et les vêtements professionnels. En France c’est le Valenciennes de Steve Savidan qui fut équipé entre 2007 et 2009. Pour la petite anecdote le contrat avec VA courrait sur 3 saisons mais la faillite de Diadora l’a vue casser ce dernier au bout de deux seulement, VA s’est donc retrouvé chez Nike pour un maillot pastiche d’Arsenal. Cette même saison 2002/2003 était sous contrat avec Diadora les Rangers de Glasgow, l’équipe nationale d’Ecosse, Sheffield Wednesday et le Napoli qui végétait en Série B à cette époque. A voir ces différentes productions, on est bien loin des templates uniformisés avec des productions propres à chaque club.

LE SPONSOR

source : ebay

En cette saison 2002/2003, Aston Villa était sur un sponsoring maillot principal avec le Rover Group qui était le nom officiel de ROVER, oui la marque de voiture de vos grands parents et aussi un chanteur français hyper fan de Bowie qui a eu sa petite notoriété en 2005. Le constructeur automobile fut présent sur les maillots villans entre 2002 et 2004.

En effet, le lien entre Villa et Rover est évident car la marque disposait d’une usine et de son siège social dans les Midlands à Longbridge non loin de Birmingham depuis 1885 où elle employa jusqu’à sa fermeture en 2005 plus de 6000 personnes. Sur le maillot Extérieur, le logo traditionnel était remplacé par celui de MG qui était la filiale sport de Rover. Pour en revenir à notre marque vagabonde, il s’agit d’un constructeur automobile anglais crée en 1878 qui a la particularité de ne plus exister mais d’avoir encore des véhicules originaux produits à neuf.

Par exemple, c’est Rover par sa filiale Austin qui a créé la Mini mais aussi le Land Rover et le Range Rover (ils ont carrément inventé le SUV mais on ne va pas les remercier pour ça) mais la marque a mis la clé sous la porte en 2005. Ce fut donc un combat de charognard sur la dépouille de Rover,  Mini partit chez BMW qui en fit le Mini Cooper sorte de Twingo pour personne riche. Land Rover et Range Rover après un passage chez Ford furent racheté par les indiens de TATA Motors. Enfin on retrouve des modèle Rover produits en Chine avec les véhicules ROEWE. Ces derniers sont des véhicules initialement produits par Rover mais la compagnie chinoise n’ayant les droits d’utilisation de cette dernière, ils les ont tout simplement appelé ROEWE. Cela correspond en gros à l’écriture phonétique de Rover en chinois.


LA SAISON

source : losc.fr

Cette squad 2002/03 est typique du début des 2000’S en Premier League, elle respecte une recette bien précise : vous mettez un coach bien anglais, Graham Taylor ancien sélectionneur des Three Lions qui revient au club après une première expérience à la fin des 80’s. Vous mélangez avec une base britannique, anglais, gallois, écossais et irlandais. Jloyd Samuel, Lee Hendrie, Gareth Barry, Darius Vassel et Dion Dublin qui finira meilleur buteur du club à la fin de la saison. Il ne faut pas oublier d’assaisonner le tout de petits jeunes qui pointe leur nez comme Peter Crouch et liam Ridgewell), les 2 irlandais de service répondent aux noms Marc Kinsella et Steve Staunton, enfin Mark Delaney clôture le contingent en venant du Pays de Galles. On saupoudre ensuite d’une colonie Scandinave avec Oloff Melberg, Markus Allback, Peter Enckelmen, Ronny Jonsen, Oyvind Leonardsen et enfin on rajoute la petite touche sud-américaine avec la présence de Juan Pablo Angel et Ulises de la Cruz.

Niveau célébrité, à noter la présence de Mustapha Hadji, légende marocaine que l’on a vue à la coupe du Monde 98 et frère de Youssouf légende lui nancéienne de ligue 1, qui joua la bagatelle de 14 Matchs. On aperçoit aussi Thomas Hitzlsperger, joueur allemand qui passa ensuite par la Lazio, Stuttgart  et Wolfsburg, qui outre sa carrière somme toute remarquable est le premier joueur pro à avoir fait son coming out à la fin de cette dernière.

La saison 2002 /2003 des villans fut longue littéralement et mentalement, elle débuta dès juillet avec la feu Coupe Intertoto (cette coupe mériterait un article à elle toute seule) et ceux sans les internationaux sortant de la coupe du monde 2002 qui pour une raison qui m’échappe nous les français avons complétement oubliés. L’obstacle Zurichois franchi, nos boys furent défaits en demi contre le LOSC de Claude Puel emmené par Matt Moussillou et Nicolas Plestan. Après avoir frôle la défaite à Grimonprez Jooris en se faisant rejoindre à la dernière minute, les dogues ont tranquillement remporté le retour à Villa Park par 3 à 1 mettant fin aux ambitions européennes des lions.

Avec un bilan de 12 victoire, 9 nuls et 17 défaites, le championnat fut une longue apnée ou le club terminera 16ème assurant sa place en PL qu’à l’avant dernière journée le tout en triomphant des black cats de Sunderland déjà condamné à la relégation. Les principaux fait d’armes de cette squad 2002 furent des nuls face à MU, Liverpool et Arsenal, une victoire à Middlebrough 5-2, un derby remporté contre WBA. Du côté des flops, les 2 défaites face aux voisins honnis de Birmingham City qui furent dures à avaler pour les supporters.

Les coupes domestiques censées redonner du baume au cœur quand ça ne va pas en championnat se soldèrent par un bilan mitigé. On passera sur la piètre élimination en FA Cup face aux Rovers de Blackburn et on retiendra surtout un QF de League Cup contre les futures vainqueurs, Liverpool avec une cruelle défaite ou après avoir arraché l’égalisation du 3-3 à la 88eme Minute, nos Claret and Blue découvrir le concept d’ascenseur émotionnel avec un but de Danny Murphy à la 90’s. En bref, ce ne fut pas une saison qui resta dans les annales, entrainant le départ à la retraite de Graham Taylor remplacé par David O’Leary qui mena Villa à la 6eme place la saison suivante avec quasi le même effectif.

Tous les mois, nous parlerons d’un maillot et de ses histoires. Espérons que vous avez appris des trucs utiles ou futiles et n’oubliez pas : « on a pas le même maillot mais la même passion ! » Portez les biens et lavez les biens à 30° (voire à la main).

Cet article est une adaptation écrite du Podcast « J’vous fais le maillot » – disponible sur toutes les plateformes, tous les derniers vendredi du mois.

J’vous fais le maillot c’est : 1 maillot > 1 saison > des histoires.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :