João Cancelo : la stabilité enfin trouvée ?

À 26 ans, João Cancelo semble enfin être sur la route d’un destin qu’on lui promettait il y a presque 10 ans, lorsqu’il jouait avec la réserve du Benfica. Parmi les meilleurs défenseurs droits du monde et les meilleurs joueurs de Premier League, il émerveille les téléspectateurs chaque fois qu’il foule une pelouse grâce à sa facilité technique et ses percées dans les défenses adverses. Pourtant, le natif de Barreiro, ville située dans la région de Lisbonne n’a pas toujours connu la stabilité dans sa jeune carrière, souvent indispensable à la progression d’un joueur.

C’est âgé d’à peine 13 ans que João Pedro Cavaco Cancelo rejoint l’académie de Benfica après avoir joué quelques saisons dans le club de sa ville natale, Barreirense. Mais avant de signer son premier contrat et de se lancer dans le monde professionnel avec le club lisboète, João Cancelo connaît un drame. À 18 ans, il perd sa mère dans un accident de voiture dans lequel lui et son frère, Pedro, étaient aussi impliqués, alors qu’ils venaient tous les trois de déposer le chef de la famille, Joseph, à l’aéroport. « J’ai perdu la lumière de ma vie, ma raison de vivre. Je t’aime femme de ma vie, où que tu sois je suis avec toi », avait-il écrit dans un message sur Facebook à l’époque.

Grâce à l’influent agent portugais Jorge Mendes (aussi agent de Cristiano Ronaldo, Bernardo Silva ou encore Angel Di María), il signe donc son premier contrat professionnel en 2014. Mais après avoir fait face à la concurrence et à peine deux matchs joués avec la première équipe de Benfica, Cancelo s’envole pour Valence en prêt. À l’issue de la saison 2014-15 et de son prêt, le Portugais est acheté définitivement par Valence pour 15 millions d’euros. On pense alors qu’il a franchi une étape en rejoignant un bon club intermédiaire. Mais en deux ans et malgré deux saisons complètes en termes de matchs joués, l’instabilité du club valencian le frappe et handicape sa progression. Entre 2015 et 2017, il connaît 3 entraîneurs différents et Valence termine deux fois douzième de la Liga.

À l’intersaison 2017 et à 23 ans, nouveau changement de club, l’Inter Milan deviendra sa nouvelle maison pour un an (il est prêté sans option d’achat). Lors de sa saison en Lombardie il explosera enfin aux yeux de l’Europe, ou en tout cas de la Serie A. Mais une nouvelle fois dans une équipe instable, il ne sera pas conservé par l’Inter.

DÉSORMAIS L’UN DES MEILLEURS DÉFENSEURS DROITS AU MONDE

Crédit: Getty Images

La Juventus pointe alors le bout de son nez et achète le latéral droit pour un montant de 40 millions d’euros. Mais sa relation avec Massimiliano Allegri ne le fera pas durer à Turin. Incontournable dans le jeu des Bianconeri en championnat, Cancelo est cantonné à un rôle de remplaçant à l’aube de la double confrontation contre l’Atlético Madrid. S’ajoutent à cela quelques likes sur les réseaux sociaux au sujet d’Allegri et du manque de jeu de son équipe. Le numéro 20 sera d’ailleurs décisif au retour contre l’Atlético en adressant une offrande à son compatriote, Cristiano Ronaldo, puis une nouvelle fois lors du match aller contre l’Ajax Amsterdam, à nouveau pour CR7. Au match retour, il sera, comme pour l’aller face aux Colchoneros sur le banc aux dépens de De Sciglio, considéré plus fiable défensivement par Allegri. Déçu et mécontent des choix de l’entraineur Italien l’histoire entre le jeune portugais et club turinois semble être finie à quelques matchs de la fin de la saison.

Quelques mois plus, il est donc transféré à Manchester City, double champion d’Angleterre en titre à l’époque et qui ajoute alors une arme de plus à sa quête vers la Ligue des Champions. Danilo fera le chemin inverse. Mais comment souvent avec Guardiola, la première saison sous les ordres du catalan ne se passe que très rarement comme prévu. À l’image de Rodri, Bernardo Silva ou encore Riyad Mahrez, les deuxièmes saisons d’un joueur coaché par le tacticien sont bien meilleures que les premières. Il jouera tout de même 35 matchs mais sans l’impact attendu en début de saison, adaptation à un nouveau système oblige. « Je ne veux pas de latéraux coureurs de fond, mais des latéraux intérieurs. Je veux des milieux qui glissent aux postes de latéral. Ça a été une évolution cruciale pour mon Bayern : la polyvalence d’Alaba, l’intelligence de Lahm, la versatilité de Rafinha, l’énergie de Bernat. Un trésor. » Voici ce que déclarait Guardiola au sujet des latéraux il y a quelques années. Avec João Cancelo, il semble enfin avoir retrouvé ce trésor car on ne peut pas dire qu’avec Benjamin Mendy et Kyle Walker, l’ancien entraîneur du Bayern était servi ou en tout cas, pas comme il l’attendait. Latéral moderne par définition et doté d’une facilité technique déconcertante, le réserviste au Mondial 2018 a trouvé un nouveau rôle à Manchester et surtout une stabilité et une régularité qui pouvait lui manquer auparavant.

Il est cette saison, l’un des meilleurs joueurs de Premier League et indispensable au jeu des Cityzens, morose lorsqu’il est absent de la pelouse. Quelques rumeurs de transfert l’été dernier l’envoyaient aux quatre coins de l’Europe. Aujourd’hui, il semble avoir trouvé le coach parfait pour lui, qui a d’ailleurs prolongé son contrat jusqu’en 2023. Il n’y a donc aucune raison de voir le Portugais partir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :