Édito Euro 2020 : Deux collations puis une sieste

Le lendemain de chaque journée de l’Euro 2020, retrouvez un édito consacré à cette dernière. Aujourd’hui, focus sur les rencontres Ecosse – République Tchèque, Pologne – Slovaquie et Espagne – Suède.

UN DUEL AU SOMMET DES INTENTIONS

(Source : eurosport.com)

De retour à l’Euro après 23 ans d’absence des compétitions internationales, l’Ecosse s’est montrée entreprenante face à la République Tchèque. De par un jeu très direct, la « Tartan Army » a réussi à mettre en difficulté son adversaire. Mais les écossais se sont heurtés à un excellent Vaclik, qui n’a fait que confirmer le très bon niveau d’ensemble des gardiens en ce début d’Euro. Leurs grosses capacités à se projeter n’ont pas été récompensées, la faute à un cruel manque de réalisme et une grande incapacité à combiner sur les différents fronts de l’attaque. L’absence de Tierney a également été préjudiciable. Si Robertson a bien animé son couloir gauche, le jeune joueur d’Arsenal aurait pu apporter encore plus de folie offensive et de sécurité défensive si il avait été aligné au poste de défenseur gauche. Par ailleurs, si le match a été aussi spectaculaire, on le doit également beaucoup à la République Tchèque. Malgré un style de jeu comparable à celui de l’Ecosse, les tchèques sont eux beaucoup plus passés dans l’axe. Des joueurs comme Schick, Soucek ou Darida ont permis des remontées de balles plus propres que celles orchestrées par l’équipe de Steve Clarke.

Si les Ecossais ont multiplié les centres sans réussite, celui de Coufal pour Schick était un modèle du genre. Le joueur du Bayer Leverkusen a marqué d’une magnifique tête décroisée en extension, ne faisant qu’accroître encore le nombre de buts inscrits après un centre en ce début de compétition (9 sur 20 au moment du but). Tout cela avant de doubler la mise de manière exceptionnelle, d’un lob spontané depuis le milieu de terrain. Deux buts fantastiques, à la hauteur de l’excellent match de son pays, mais également des intentions des deux nations pendant ce match. Un jeu débridé, du pressing de part et d’autre et des intentions offensives du début à la fin des deux côtés, sans aucun calcul. Un match qui a vraiment fait plaisir à voir, alors qu’on sait que l’on peut aujourd’hui gagner l’Euro sans même gagner un match de poules.

L’ECHEC POLONAIS

(Source : dailymercato.com)

La Pologne, elle, est une habituée des compétitions internationales récentes. Mais elle ne parvient toujours pas à y rayonner. 3 ans après la défaite 2-1 en Coupe du Monde face au Sénégal, les aigles blancs se sont inclinés sur le même score face à une valeureuse équipe slovaque. La faute à un plan de jeu un peu stéréotypé et des joueurs pas au niveau. Organisés dans une sorte de 3-1-5-1 avec le ballon avec Krychowiak en rampe de lancement, les polonais se sont heurtés à des slovaques cohérents, dans un 4-4-2 qui coulissait bien en phase défensive.

Une utilisation du ballon à remettre en question, qui laisse supposer l’un des plus gros problèmes de leur match ; la performance des joueurs. Un Kamil Glik qui n’est plus que l’ombre de lui-même, un Krychowiak dépassé défensivement et inutile à la construction, Zielinski trop imprécis et surtout Robert Lewandowski totalement transparent. Mais si il faut pointer du doigt l’équipe polonaise, il convient également de féliciter le camp d’en face. Les slovaques ont affiché un très bon collectif, lequel s’appuyait sur des très bons manieurs de ballon comme Hamsik, Mak ou Duda pour organiser ses incursions dans le camp polonais. Une équipe à tendance défensive certes, mais qui n’a pas hésité à contrer et à se projeter dans la moitié de terrain adverse lorsqu’il le fallait, nous proposant par ailleurs quelques très jolies séquences de jeu et deux magnifiques buts.

LE REFUS DE JEU SUEDOIS

(Source : linternaute.com)

Pour clore cette journée football, l’Espagne de Luis Enrique et la Suède de Janne Andersson s’affrontaient sous la chaleur de Séville dans ce deuxième match du groupe E. Et on peut dire que tout s’est déroulé comme on s’y attendait. L’Espagne a pu facilement mettre en place son jeu, avec 75% de possession et une équipe suédoise très regroupée. Par rapport à ses dernières prestations en compétition internationale, la Roja s’est procurée quelques belles occassions, de par notamment des centres, comme celui sur la tête de Dani Olmo en première période, même si les espagnols manquaient de présence dans la surface adverse.

Néanmoins, la possession espagnole est devenue plus stérile au fil des minutes et les triple vainqueurs de l’Euro ont peiné à désorganiser le bloc suédois. On peut souligner un manque de qualité global ainsi qu’une trop faible prise de risque. En effet, aucun joueur espagnol n’est réellement parvenu à faire des différences par le dribble. Les problèmes espagnols se sont également situés derrière, avec une défense beaucoup trop perméable, aucun des quatre défensifs n’étant assez solide pour empêcher Isak d’être dangereux. Mais si l’on a entendu beaucoup de critiques à l’encontre de l’Espagne, il faut évidemment aussi attaquer la Suède. Une équipe ultra-défensive, qui a cherché à tout détruire plutôt que de créer sans même prendre l’initiative d’inquiéter la – pourtant faible – défense espagnole, excepté Alexander Isak, sorti de manière incompréhensible dès la 69ème minute. Quand les espagnols ont remis en lumière leurs difficultés à se procurer et à convertir des occasions de but, les suédois ont carrément remis sur la table le problème de l’Euro à 24 équipes, en sachant qu’ils peuvent se qualifier et obtenir des points tout en refusant de jouer comme ils l’ont montré hier soir. Une manière détestable de clôturer une journée football qui avait pourtant très bien commencé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :