Edito Euro 2020 : Ils nous en font voir de toutes les couleurs

Le lendemain de chaque journée de l’Euro 2020, retrouvez notre édito consacré à cette dernière.

UN FOOTBALL POLITISÉ ?

La rencontre entre l’Allemagne et la Hongrie s’est tenue hier et s’est achevée sur le score de 2-2, synonyme de fin de parcours pour la courageuse équipe hongroise et la qualification des allemands pour la suite de la compétition. Pourtant bien plus qu’un simple match entre deux nations européennes, ce match était le théâtre d’un affrontement géopolitique entre l’Allemagne de Merkel et la Hongrie d’Orban. La raison de cette confrontation, une loi homophobe votée en Hongrie que Munich a décidé de dénoncer en éclairant l’Allianz Arena des six couleurs du drapeau arc-en-ciel. Requête refusée par l’UEFA et Aleksander Ceferin à cause de la dimension politique qui dénonce des initiatives populistes de la part de Berlin.

Pourtant le football et tous ses acteurs ont toujours eu un bras dans la politique. Quand les joueurs mettent le genou à terre pour soutenir le mouvement Black Lives Matter il n’y a aucun problème (sauf en France où une certaine partie de la France, étonnamment, semble être heurtée par cet acte). Ni même quand certains joueurs dénoncent les crimes contre l’humanité que commet le gouvernement Chinois sur les Ouïghours. D’autant plus que l’UEFA se dit profondément engagée dans la lutte contre la xénophobie et tout autre genre de discrimination. Après les sorties au front de son président, l’UEFA s’est sentie inspirée en communiquant son engagement dans les luttes pour une société  » plus juste et égalitaire ». Dans le bal des hypocrites, l’instance maitresse du football européen mène la danse. Et encore une fois, l’UEFA nous gratifie de ses belles valeurs humanitaires et égalitaires. Un exemple pour tous !

LES BLEUS SANS BRILLER

( Source : Sport.fr)

Pour en revenir au terrain, l’équipe de France a été tenue en échec par la sélection Portugaise. Dans un match plutôt fermé malgré quelques inspirations des deux cotés, ce sont les deux anciens coéquipiers qui se sont illustrés dans cette partie. Un doublé de part et d’autre pour Karim Benzema et Cristiano Ronaldo dont trois buts sur pénalty. Les deux équipes ont calculé leur coup puisque les deux sélections accèdent, grâce à ce score de parité, aux huitièmes de finale.

L’équipe de France n’a pas vraiment rassuré pendant cette rencontre. N’arrivant pas à exister face à un bon Renato Sanches lors du premier acte, elle a subi de multiples occasions qui auraient pu se montrer dangereuses avec des attaquants un peu plus utiles pour leur équipe. Néanmoins, dans le second acte Pogba et consorts ont repris l’avantage avec une construction rapide et des changements tactiques dûs aux blessures de Lucas Hernandez puis de Lucas Digne. Le trio d’attaque ne s’est trouvé qu’avec la présence de Coman en position d’ailier qui a su amener des espaces à exploiter et de la percussion à l’instar de son compatriote Kylian Mbappé. A voir ce que Deschamps décidera lors du huitième de finale contre la Suisse.

La défense tricolore a été mise en danger plusieurs fois dans le match. Ce qui dénote la fébrilité de cette dernière. Les erreurs de Kimpembe, la peur de Koundé ou encore la faiblesse de Varane lors des premières passes sont des signaux alarmants. Du côté d’Hugo Lloris rien à signaler pour le portier qui reste dans ses standards habituels. Aucun pénalty arrêté, des sorties qui mettent en danger ses coéquipiers comme ses adversaires. Le tout saupoudré de quelques arrêts faciles. En somme l’équipe de France est ce boxeur qui continue le combat en ayant encaissé quelques coups qui fait qu’il peut céder à tout moment.

LE JOUEUR DE LA JOURNÉE : PAUL POGBA

( source : kaltimtoday.co )

Pour le dernier joueur de la journée des phases de groupe, nous avons décidé de le donner à Paul Pogba au détriment de l’excellent Pablo Sarabia. Le français a réitéré une nouvelle fois en étant le métronome et le dépositaire du jeu tricolore. Ses passes ont bouleversé les lignes portugaises qui n’ont pu les bloquer. Avec 97% de passes réussies et dans le marasme des Bleus pour construire les actions, il permet à la sélection française de sortir la tête de l’eau quand tout va mal.

Publié par Théo Mahalatchimy

Twitter: @Theo_Le_Dozo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :